SALIF KEITA

*SALIF KEITA

 

 

“Voix d’or de l’Afrique”, “Caruso africain”, les surnoms ne manquent pas pour qualifier la beauté de cette voix unique. Salif Keïta est un artiste généreux dont le parcours est marqué par un remarquable mélange des genres musicaux qui séduit les publics du monde entier. Sans jamais perdre de vue ses racines les plus profondes, ce prince mandingue n’a de cesse de construire un pont entre l’Afrique et le reste du monde, mais aussi entre les différentes cultures africaines.

Biographie: 

Le 25 août 1949, naît Salifou Keïta à Djoliba, au Mali, village au bord du fleuve Niger. Mais dans cette région au cœur de l’Empire Mandingue qui réunit plusieurs peuples et langues (Bambara, Malinké, Soninké,…), la naissance de ce bébé albinos, noir à la peau blanche, fait scandale. On lui attribue de dangereux pouvoirs, d’autant que sa famille descend en ligne directe du fondateur de l’Empire au XIIIème siècle. Le père de Salif renvoit alors le bébé et sa mère. Mais, les prédictions optimistes d’un chef religieux le font changer d’avis.

Son enfance est solitaire. Sa couleur de peau provoque souvent railleries et rejet de la part des autres enfants. Son père lui-même ne lui adresse pas la parole pendant des années. Il se réfugie dans les études pour lesquelles il excelle. En outre, il est fasciné par la musique et apprend le chant en écoutant les griots, sorte de poètes-chanteurs, de conteurs qui récitent les épopées familiales et royales et transmettent ainsi la tradition orale de génération en génération. C’est aussi dans les champs que l’enfant se forge cette voix singulière. Son père, agriculteur, l’y envoie régulièrement, et pour éloigner singes et oiseaux pilleurs de maïs, le jeune Salif passe ses journées à crier et à vociférer.

Salif et Kanté

Le souhait de Salif est de devenir instituteur mais il est déclaré inapte en raison d’une mauvaise vue due à son albinisme. Il décide alors de devenir musicien. Mais, issu d’une famille de princes, ce choix est très mal vécu par son entourage qui tente de l’en dissuader. En effet, pratiquer la musique et chanter est exclusivement réservé aux griots, caste de musiciens de père en fils. En faisant un tel choix, Salif enfreint des règles ancestrales. Il quitte alors sa famille en 1968 et part vivre seul dans les rues de Bamako, capitale du pays. Il chante ça et là dans les cafés et sur les marchés, et déjà sa voix exceptionnelle, haute et puissante, ne laisse pas indifférent ceux qui l’entendent.

Un saxophoniste, Tidiane Koné, remarque le jeune homme et sa voix singulière. Il lui propose d’intégrer son groupe, le Rail Band de Bamako, qui anime l’hôtel-restaurant de la gare de la ville. Chaque hôtel a alors son propre orchestre pour animer les soirées. Grâce à Salif Keïta, celui de la gare obtient un énorme succès. Il en devient le chanteur-vedette et son répertoire est essentiellement constitué d’airs traditionnels mais interprétés et joués de façon moderne.

En 1973, il quitte le Rail Band pour les Ambassadeurs, un autre orchestre du même type. A son départ, il est remplacé au chant par un jeune guinéen, déjà membre du groupe depuis 71, Mory Kante. L’orchestre, mené par le guitariste et chanteur Kante Manfila comprend des musiciens nigériens, maliens et sénégalais. Le nouvel hôtel, le Bamako Motel, est fréquenté par un public plus international. Le répertoire s’en ressent et navigue entre chansons africaines, anglo-saxonnes, françaises et afro-cubaines, courant alors très en vogue en Afrique. Les Ambassadeurs tournent dans toute l’Afrique de l’Ouest avec succès. Salif Keïta et Kante Manfila s’installent alors à Abidjan, capitale de la Côte d’Ivoire, ville musicalement plus active et techniquement mieux équipée. Le groupe se renomme alors les Ambassadeurs Internationaux.

C’est là qu’en 1978, Salif Keïta enregistre avec son groupe l’album, “Mandjou”. Le disque est un succès énorme dû en large partie à la chanson du même nom qui devient un must de la musique africaine. Dans ce titre essentiel de son répertoire, Salif Keïta rend hommage au peuple Mandingue et en particulier au président guinéen d’alors, Sekou Touré, qui l’année précédente, l’avait décoré de l’Ordre National guinéen. On découvre dans ce disque le son typique du chanteur : orgue, guitare et saxophone.

Tam tam pour Montreuil

En décembre 1980, financés par un homme d’affaire malien, Salif Keïta et Kante Manfila s’envolent pour les Etats-Unis où ils restent trois mois et enregistrent deux disques, “Primpin” et “Tounkan”. Mais c’est en France que Salif Keïta souhaite travailler. Le mélange des cultures et des musiques le passionne et Salif, épris de nouveauté, espère y renouveler son inspiration. En mars 84, il quitte Abidjan pour retourner à Bamako. Son père vieillit et Salif veut se rapprocher de sa famille. Mais la même année, il participe au festival des musiques métisses d’Angoulême en France. C’est une révélation pour le public européen.

Suite à ce succès, il s’installe à Montreuil en banlieue parisienne, fief de la communauté malienne. Il y vit modestement et discrètement. Avant de trouver un label qui lui convienne, il passe quelques années à animer de nombreuses soirées et fêtes traditionnelles. En 1985, Manu Dibango fait appel à lui pour participer, avec d’autres chanteurs africains, à l’enregistrement d’un titre, “Tam Tam pour l’Afrique”, au profit de l’Ethiopie où la famine sévit alors violemment.
suite ici

Site web :
http://musique.rfi.fr/artiste/musiques-monde/salif-keita

https://www.facebook.com/salifkeitafan/

DÉTAILS DE L’ARTISTE

PAYS : Mali

STYLE : WORLD MUSIQUE

PROGRAMMATION05 Août

Venez vibrer à l’événement Reggae de l’été en Haute – Savoie

       [BILLETTERIE OUVERTE ]

Profitez de  l’offre promo – Les 500 premières places à tarif réduit:
               Pass Promo 2jours +3ème offert = 49 euros  (OFFRE LIMITÉE)  Hors frais de commission 

Achetez vos places sur le site de l’événement. Imprimez votre billet à domicile

Les bénéfices du Nomade Reggae Festival permettront la construction d’un CENTRE SOCIO-MÉDICAL,& d’alphabétisation   commune rurale au Mali.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailby feather